za4eti.ru

, "".
"", , . ,
202
:
"Extra " (), 100 (150x200 ).
"" , ,
148
:
.
21,5 . , .
21
:

Charles Gou od es Paris le 18 jui 1818 da s u milieu ouver aux ar s. Remarquable dessi a eur, ar is e pei re de ale , so pre avai occup les fo c io s de professeur l'Ecole Poly ech ique e de Ma re de dessi des Pages de Louis XVIII. Sa mre, excelle e musicie e, avai l'lve pour le pia o de Louis Adam e de Hullma del. Deve ue veuve e 1823, elle doi se livrer l'e seig eme du pia o pour subve ir aux besoi s de ses e fa s. Elle appre d les premiers rudime s Charles qui ma ifes e des ap i udes musicales prcoces. Au cours de ses a es d' ude au lyce Sai -Louis o il ob ie so baccalaura de philosophie e 1836, il assis e la reprse a io de l'O ello de Rossi i au h re-I alie ai si qu' celle du Do Jua de Mozar . Ces deux chefs-d'oeuvre co s i ue les gra des rvla io s musicales de sa jeu esse. Gou od vouera ou e sa vie u e admira io ferve e Mozar e e ma quera jamais de clbrer so g ie. La dcouver e de la Sympho ie Pas orale e de la IXe avec des choeurs de Bee hove la Soci des Co cer s redouble so ardeur musicale. A im d'u hau idal ar is ique, le jeu e Charles ourri l'ambi io de deve ir u gra d composi eur. Il es l'lve au Co serva oire de Halvy pour la fugue e le co repoi , e Lesueur pour la composi io . Au co cours de Rome, il rempor e u seco d prix e 1837 e deux a s plus ard, co scra io suprme, le premier prix avec sa ca a e Fer a de sur u ex e du com e de Pas ore . Ava de par ir pour la villa Mdicis Rome o il doi rsider pe da deux a s e quali de laura de l'I s i u , Gou od compose pour la messe a iversaire de so ma re Lesueur, u Ag us Dei 3 voix e choeur propos duquel Berlioz cri ces lig es proph iques: &quo ; ou y es euf e dis i gu: le cha , les modula io s, l'harmo ie. M.Gou od a prouv l qu'o peu ou a e dre de lui &quo ;. Le dpar pour Rome e se fai pas sa s quelque dchireme , car le jeu e homme qui e pour la premire fois sa mre qu'il affec io e. Reu cordialeme par I gres, alors direc eur de l'Acadmie de Fra ce, il oue rapideme des lie s d'ami i avec le pei re par agea u e gale passio pour la musique. Gou od l'accompag e au pia o da s des so a es pour pia o e violo de Mozar ou de Hayd , lui fai dcouvrir l'Alces e de Lulli ou cha e de sa voix merveilleuseme expressive ses airs favoris. Il se pla galeme cul iver ses do s pour le dessi , excu a la dema de de so ami &quo ;u e ce ai e de calques d'aprs des suje s primi ifs &quo ;. C'es de ce e poque que da e le por rai fai par le pei re du jeu e Gou od. Le musicie li Faus de Goe he e compose des mlodies elles Le Vallo , Le Soir , sur des pomes de Lamar i e do le s yle si perso el se dis i gue de celui des roma ces de salo de l'poque par leur prosodie fluide e leur raffi eme harmo ique. Il frque e assidme la Chapelle Six i e o il s'imprg e de l'ar de Pales ri a. La musique sacre l'e ra e, le ra spor e. E reva che, le rper oire drama ique des h res romai s limi Do ize i, Belli i ou Mercada e, le doi , e rouva &quo ;aucu profi musical recueillir &quo ;. Gou od re co re la Villa Mdicis la ca a rice Pauli e Viardo qui l'i i ie au mo de du h re, ai si que Fa y He sel, soeur de Flix Me delssoh .

Remarquable pia is e, elle lui rvle la musique allema de &quo ;qui le rouble e le re d fou &quo ;. De a ure impressio able, il subi l'asce da du Pre Lacordaire, brilla prdica eur ve u Rome pour r ablir l'ordre des Domi icai s. Sous so i flue ce, Gou od volue vers le chris ia isme social e so ge embrasser l' a ecclsias ique. Ce e crise mys ique s'exaspre au co ac de so ami Charles Gay, fu ur vque de Poi iers, arriv da s les der iers mois de 1839 pour se prparer au sacerdoce. Ds lors, Gou od se co sacre la musique religieuse. Il se re ire au couve de Sa Be ede o Subiaco pour crire u e messe sole elle qu'il fera excu er l'glise Sai -Louis-des Fra ais le 1er mai 1841, jour de la f e de Louis-Philippe e do le succs lui vau le i re de ma re de chapelle ho oraire vie. Pour so premier &quo ;e vol&quo ; obliga oire, il compose u e Deum da s le s yle pales ri ie que Spo i i, da s le rappor officiel de l'I s i u , sa c io e e ces ermes: &quo ;Ce e composi io es dpourvue de mlodies, de ca il es varies, de mo ifs, d'expressio e de physio omie cha a e &quo ;. Il qui e Rome &quo ;la serei e, la pacifia e &quo ; pour Vie e o la vie musicale, a h rale que sympho ique, es florissa e. Il assis e pour la premire fois la reprse a io de la Fl e E cha e , oue des rela io s avec des ar is es i flue s e peu ai si diriger au cours de l'hivers 1842-43, deux de ses oeuvres, u e Messe e u Requiem , la Karlskirche. A Berli , il re rouve Fa y He sel qui l'i rodui auprs de so frre, lequel l'accueille par ces mo s: &quo ;Ah! c'es vous le fou do ma soeur m'a parl &quo ;! Avec so orches re de la Gewa dhaus, Me delssoh lui fai e e dre sa Sympho ie cossaise , e lui rvle sur l'orgue de la homaskirche les composi io s de Bach. Il juge so Requiem de Vie e &quo ;dig e de Cherubi i &quo ; e lui co seille d'crire de la musique sympho ique. L'oeuvre de Me delssoh res era pour Gou od &quo ;le plus prcieux des modles &quo ;. De re our Paris e mai 1843, Gou od accep e le pos e de direc eur de la musique l'glise des Missio s ra gres o il impose, o sa s mal, aux paroissie s Bach e Pales ri a. Pe da ci q a s, il se sous rai aux sduc io s du mo de, criva exclusiveme de la musique religieuse. Il oue ou efois des rela io s amicales avec quelques ar is es els Gus ave Courbe , hophile Gau ier, Grard de erval e sur ou avec le cha so ier &quo ;rpublicai &quo ; Pierre Dupo , bie qu'il e par age pas ses ides poli iques. D'oc obre 1847 fvrier 1848, il por e l'habi ecclsias ique e sig e ses le res l'Abb Gou od. ou e se livra des ravaux de rflexio o amme sur l'His oire compare des religio s , Gou od sui les co fre ces de Lacordaire o re-Dame ai si que les cours de hologie de Sai -Sulpice. Mais le musicie , alors g de 30 a s, pre d co scie ce qu'&quo ;il 'y a gure qu'u e rou e suivre pour se faire u om: c'es le h re &quo ;. Par l'e remise du violo is e Seghers, il e re e co ac avec Pauli e Viardo qui ve ai de crer avec cla le rle de Fids da s le Proph e de Meyerbeer. L'i ci a crire u opra, elle pre d l'i i ia ive d'imposer par so e gageme so premier ouvrage lyrique, Sapho , sur u livre d'mile Augier.

Si l'oeuvre 'a qu'u succs d'es ime, elle re ie l'a e io du public e de la cri ique, qui compre d qu'il e s'agi pas l d'u ve eme mais d'u av eme musical. A la Comdie-Fra aise, il fai e e dre successiveme des diver isseme s pour le Bourgeois Ge ilhomme ai si qu'Ulysse , ragdie mle de choeurs que dirige Jacques Offe bach la cra io e 1852. Pour la premire fois, la par i io allai re di e. &quo ;Sauve de l'oubli ! Rie e peu do er u e ide de ma joie &quo ; cri Gou od. Peu de emps aprs so mariage avec A a, fille de Joseph Zimmerma , composi eur e professeur de pia o au Co serva oire, Gou od es omm direc eur de l'Orpho de Paris, i s i u io chorale recru a da s les classes ouvrires, puis u a plus ard, e 1853, direc eur de l'e seig eme du cha da s les coles commu ales de Paris. Ces fo c io s qu'il assume avec u gra d dvoueme lui four isse l'occasio de produire de ombreuses oeuvres chorales e religieuses, do la Messe aux Orpho is es do e Sai -Germai -l'Auxerrois e jui 1853 sous sa direc io . Aprs le dcs de so beau-pre, il s'i s alle da s la propri de sa belle-famille Sai -Cloud o il rsidera u e gra de par ie de sa vie. La mme a e, so fameux Ave Maria , dj populaire da s les salo s, co ai da s sa versio orches rale u e for u e sa s prcde . Gou od compose le ouvel hym e a io al Vive l'Empereur e l'ho eur de apolo III, excu sous sa direc io par 1500 voix l'Exposi io U iverselle de 1855. Aprs l'chec de so deuxime ouvrage lyrique la o e Sa gla e , il repre d so Faus do il a co u le proje Rome. Surme , e proie u e grave dpressio erveuse, affec io laquelle il es suje , il doi re i er da s la clbre cli ique du Doc eur Bla che. Aprs u emps de repos forc, il compose u chef-d'oeuvre d'espri e de verve, Le Mdeci malgr Lui. Faus es achev, mais pour cause de co curre ce avec le h re de la Por e Sai -Mar i , qui reprse e u drame sur le mme suje , l'oeuvre 'es cre qu'e 1859 au ha re-Lyriqe. Jug plus sava qu'i spir, plus sympho ique que mlodique, Faus e rempor e pas u succs immdia . De fai , ce opra de demi carac re, da s lequel la vir uosi vocale fai place u lyrisme mlodique arde , romp avec le bel ca o i alie e les effe s meyerbeerie s si priss par le public. Il privilgie le rle de Margueri e do il pei les profo des mo io s de l'me. &quo ;Qua d je compose, di Gou od, je me p re du se ime , des paroles, du carac re du perso age, e je laisse parler mo coeur &quo ;. Co formme la radi io , le composi eur doi rajou er u balle pour l'e re de l'oeuvre l'Opra e 1869, se rsig a ai si assumer &quo ;so humilia m ier de dcomposi eur de musique &quo ;. Jouissa d'u e populari u iverselle, Faus symbolise le re ouveau de l'ar lyrique fra ais. Gou od dmissio e de so pos e de l'Orpho e cri deux opras comiques, Philmo e Baucis e La Colombe , sur u livre de Jules Barbier e Michel Carr, ses libre is es a i rs. Bie que juges comme des modles de go e de fi esse, les deux oeuvres e fo pas rece e, pas plus que so gra d opra La rei e de Saba .

, . : , , .-, ! , , , , , , [138]. : , , . , . ( ). , . .

1.

2. :

3.

4. .

5. , .

6. .
7.
8. .

9. ()

10.

11.

12.

13. .

14. .

15. , , , , .

16. " "

, 4, 25 , , 85 /2.
. Epson, HP, Canon, Lexmark
385
: 4
"Lord of the Rings" Ring.
- " " . .
1590
:
"".
, ,
329
:

17. -

18. -


    za4eti.ru  ,          (,   )?      . ,   -     ,    ,    . 
         ,    ,         10- .      .